Vos histoires
Partagez vos histoires et inspirez les autres.
Envoyer
Nous publions avec plaisir vos histoires même sans la photo et si vous le désirez, vous pouvez rester anonyme.\rNous vous remercions.
15. 06. 2016

Mon histoire a commencé dès la puberté. Depuis le début à l’âge de 12 ans, j’avais les problèmes avec le cycle menstruel. Je sentais qu’une fois peut-être je ne pourrai pas devenir enceinte. Et au moment quand j’étais mariée et je désirais de l’enfant le plus, mon gynécologue m’a expliqué qu’avec les ovaires polykystiques et les taux des hormones anormaux, ce qui cause que l’ovulation incorrecte, j’ai besoin de FIV. Elle ne savait pas me dire l’origine de ces maladies, peut-être c’est lié avec l’environnement comme l’incidence augmente pendant les années dernières. Elle m’a recommandé le centre de reproduction assistée. Comme j’avais les barrières morales et je pensais que ces cliniques ne font que le business, je doutais. Ils m’ont 3 fois stimulé l’ovulation grâce aux hormones et nous avons essayé de réussir par la voie naturelle, mais sans succès. Cela me gênait tellement que je réfléchissais d’aller au centre de PMA encore jeune (j’avais 26 ans) et en forme (malgré mes problèmes de santé: la scoliose grave pour laquelle j’ai 2 tiges autour de la colonne vertébrale et la colite ulcéreuse). Mon désir de m’occuper de mon petit bébé était très fort…. mais j’avais les scrupules moraux assez grands. J’avais les préjuges biaisées contre les cliniques de FIV. Comme une vraie religieuse j’ai lu les mots de John Paul II, il parlait de la dignité de la conception et du miracle de la vie… et j’ai lu aussi un article de Dr. Harbulák qui racontait qu’un enfant né grâce à la reproduction assistée et un miroir, parce que même avec cette aide tous les efforts ne sont pas fortunés du succès… j’essayais de comprendre. J’ai prié pour la bonne décision et pour les médecins qui vont choisir le traitement. Et en ce moment-là j’ai réussis à atteindre le calme, j’ai laissé tout à Dieu.

A Gyn-fiv, c’était Dr. Harbulák qui s’occupait de nous et à ma surprise tout allait vite. Le 1er avril nous sommes venus avec mon mari pour la première consultation, le même jour nous avons passé tous les examens nécessaires et le 18.4.2015 c’était déjà notre première insémination. Le 1er mai j’ai vu les deux traces sur le test de grossesse.

Aujourd’hui notre petite fille a 5 mois et je suis infiniment heureuse. Mes larmes de désespoir ont changés aux larmes de joie. Je suis très reconnaissante.

La femme est faite pour avoir les enfants et moi, je désir d’avoir plusieurs enfants. Même si j’ai peur des médecins, nous étions très contents avec le service dans le centre et je veux réessayer encore une fois.

Quand la médecine peut réparer les fautes des gens, il faut en profiter, bien sûr avec des limites que chacun doit se définir tout seul…